1er jour de chantier

Une oeuvre de notre artiste "Pierre" qui définit ici la Batirun "courir pour construire".
Merci !

Ce matin, les 50 batirunneurs et batirunneuses ont pris le taxi brousse pour se rendre sur le chantier de la Batirun 2019 à Djilor Djidiack, petite localité située à 25 minutes du lieu d’hébergement, l’écolodge de Simal. La veille, nous sommes allés reconnaître le lieu de construction, une école maternelle qui accueille plus de 80 enfants de 3 à 6 ans.

Ce premier jour de construction est consacré au gros-œuvre, c’est-à-dire les quatre murs principaux. Cette première étape est décisive pour le reste de la semaine car le lendemain ce sont les enduits qui seront faits et nous n’avons pas le droit à l’erreur.

 

Ce challenge hors du commun ici, au Sénégal, n’est réalisable que si le calendrier de la semaine est respecté, et il faut absolument que les murs soient terminés en cette fin de journée.

Alioune, le chef de chantier sénégalais, secondé par François RIFFAUD, batirunneur pour la huitième année, animent les différentes tâches à effectuer : fabrication du ciment, portage des parpaings, acheminement du ciment jusqu’au pied des quatre murs…

Et cette année, une tâche supplémentaire est au programme, la réfection des toilettes de l’école qui sont dans un état de délabrement total.

10h00, c’est pause « pastèque » et rafraîchissement... il faut boire car les corps sont mis à dure épreuve.

12h30, fin de chantier, retour à l’écolodge pour le déjeuner.

Top départ : étape du Suimanga - 7,5 kms

Etape 1.jpg

Mais les participant(e)s à cette aventure sont aussi des sportifs et à 17h00 est donné le départ de la première étape d'une distance de 7.5 kilomètres. A partir de 17 h 30 la température descend, ceci dit il fait encore 30°. Le ravitaillement à mi-course est le bienvenu.

 

Pour cette première étape c’est Stéphane JUAN qui franchi le premier la ligne d’arrivée suivi de Clément CADIEU et Cédric GERMAIN. Clothilde BOIS-MARCHAND est la première féminine et passe la ligne finale en quatrième position.

La soirée s’est terminée en chants et musique avec un concert de la Chorale de Marie Médiatrice de N’DIAGANIAO animé par quarante deux jeunes choristes. L’ambiance est très conviviale et les participants sont invités à danser et partager ce chaleureux moment .

Batirun